Le printemps attendra

En dépit de l’immense manifestation du 24 décembre, l’opposition au « tsar » Poutine est trop diverse et inorganisée pour offrir une alternative crédible à court terme.

Quand Vladimir Poutine déclare que l’opposition qui a défilé le 24 décembre en Russie n’a ni programme, ni cohérence, ni responsable, il n’a malheureusement pas tort. Renseigné par les espions du FSB, l’ancien colonel du KGB soviétique n’est pas vraiment menacé : le désamour et les slogans anticorruption qui ont jeté quelques centaines de milliers de personnes dans les rues des grandes villes depuis le scrutin législatif du 4 décembre n’offrent ni politique de rechange ni majorité crédible à moyen terme.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Tirs de la BAC à Stains : la version policière démontée par une reconstitution en 3D

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.