Disparition d’Antonio Tabucchi

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Né à Pise en 1943, Antonio Tabucchi est décédé dimanche à Lisbonne. Il était depuis la fin des années 1970 l’un des écrivains les plus originaux de la littérature transalpine, dont les brefs romans mettent en scène des personnages souvent qualifiés d’antihéros. Européen convaincu et grand voyageur, il rencontra le succès (international) en 1984 avec le superbe Nocturne indien (adapté au cinéma par Alain Corneau), puis, entre autres, avec Pereira prétend, dont le personnage fut joué par Marcello Mastroianni dans l’un de ses tout derniers rôles, dirigé par Roberto Faenza.

Ce roman, qui se déroule à la veille de la Seconde Guerre mondiale au Portugal sous la dictature salazariste, exprime aussi l’amour de Tabucchi pour ce pays qu’il considérait comme sa seconde patrie, dont était originaire son épouse et où il dirigea le Centre culturel italien. Il fut d’ailleurs le grand traducteur en italien de Fernando Pessoa.

Proche du PCI dès les années 1970, Antonio Tabucchi suivit sa lente dérive vers le centre-gauche, jusqu’à sa transformation en pâle Parti démocrate. Tout en restant un opposant farouche au berlusconisme, il embrassa un certain nombre de positions social-libérales mais aussi teintées d’autoritarisme, en particulier par rapport aux mouvements contestataires des années 1970.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.