Hollande, adversaire trop poli ?

Le candidat socialiste peine à prendre la main sur un Nicolas Sarkozy qui, lui, fait feu de tout bois.

Opération transmutation. Après un an de campagne sans adversaire, François Hollande est entré dans une nouvelle phase de communication de soi. Un deuxième acte démarré au lendemain du 15 février, quand Nicolas Sarkozy se déclarait (enfin) candidat à sa réélection au JT de TF1. Le 16 février, sur le même plateau, devant la même Laurence Ferrari, vêtu de la même « veste noire-cravate sombre » que son rival, le candidat socialiste tente un tour d’alchimie. Après avoir abandonné ses kilos en trop et son…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Paul Veyne : « La fascination pour l'Antiquité ne m'a jamais quitté »

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.