Iran : conservateurs en tête

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Le nouveau Parlement iranien restera dominé par les conservateurs proches du « guide suprême », Ali Khameneï, et favorable au nucléaire. Selon les résultats du premier tour des élections législatives, l’opposition réformatrice n’obtiendrait que 20 sièges sur les 290 que compte le Majlis. Elle en détenait 60 dans le précédent Parlement. Cette chute s’explique notamment par la décision d’une partie de l’opposition de boycotter le scrutin. Il est encore impossible de dire qui l’emportera des deux principales coalitions conservatrices : le Front uni des conservateurs, opposé à Mahmoud Ahmadinejad, ou le Front de la persistance, qui lui est favorable. La tendance semblait toutefois favorable au premier. En raison du grand nombre de candidats indépendants, il ne sera possible de dessiner la dominante politique du Majlis qu’au moment des premiers votes, à l’ouverture de la prochaine session, le 26 mai.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.