Journée des femmes : le dilemme des intellos précaires

Une restauratrice du patrimoine, une journaliste pigiste, une graphiste : toutes prêtes à se reconvertir pour trouver un emploi stable. Témoignages.

Elles ont fait des études longues et/ou spécialisées. Elles aiment ce qu’elles font, possèdent un véritable savoir-faire et des années d’expérience : elles envisagent pourtant d’abandonner leur métier dans l’espoir de trouver enfin un emploi stable et rémunérateur. Parce qu’elles ont des enfants, parce que les loyers sont trop élevés, parce que, surtout, leurs professions ne sont pas assez reconnues dans une société qui ne valorise que la « production de richesses » sonnantes et trébuchantes. Parcours de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.