La belle et l’idiot

Un conte cruel de Giacomo Nanni, inspiré des frères Grimm.

C’est une histoire cruelle que celle du Garçon qui cherchait la peur. Elle s’ouvre en monochrome vert, dans une ambiance de plaine américaine ou d’île coupée du monde. La silhouette d’un arbre réunit un homme, un garçon et un pendu. Un pendu encore vivant qui, décroché, tombe à genoux. Un pendu qui raconte : « Mon père avait deux fils. L’aîné était intelligent et malin […]. L’autre était stupide, il ne comprenait et n’apprenait jamais rien. C’était moi. » Ce sera lui, tout du long, le narrateur, ce gamin «…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.