La Sernam en pleine casse sociale

Le transporteur veut supprimer 774 postes pour éviter la faillite.

Abandonnée par la direction de la SNCF, trahie par les investisseurs, mise en redressement judiciaire et punie par la Commission européenne de la concurrence, la société Sernam broie du noir. « En 2005, quand on nous a dit que l’on quittait la SNCF pour être privatisés, ça sentait déjà le roussi, mais je n’aurais jamais pensé que Sernam tomberait si bas », explique Mohammad Mozaffari, coordinateur du syndicat CFDT chez Sernam. L’entreprise est sous le coup d’une amende de 642 millions d’euros, due à des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.