La Terre outragée : revenir à « Tchernobyland »

Michale Boganim fictionne le drame de Tchernobyl et la difficulté de certains à quitter leur terre.

Située dans la zone d’exclusion de 30 kilomètres autour de Tchernobyl, Pripiat n’est plus que le vestige de ce qu’elle fut autrefois, avant l’explosion de la centrale nucléaire. C’est là que la réalisatrice Michale Boganim a posé sa caméra pour raconter l’avant et l’après Tchernobyl. La première partie de la Terre outragée se déroule au milieu de l’année 1986, un peu avant l’accident. L’été a remplacé le rude hiver. La grande roue de la place publique n’attend plus que la fête nationale russe du 1er mai…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.