« Le cancer et la ruine »

Un an après Fukushima, des dizaines de milliers de personnes en France ont fait une chaîne pour protester contre le nucléaire.

Dimanche 11 mars, ils sont une trentaine à s’activer aux derniers préparatifs, dans le local de Bizi, la jeune et dynamique association écologiste du Petit-Bayonne. Sur les lieux mêmes où Sarkozy s’est fait conspuer le 1er mars, ce dont on n’est pas peu fier ici. Place Saint-André, près de 500 personnes sont venues, en famille et parfois d’un peu loin, comme ce couple gersois, former une chaîne « pour sortir du nucléaire » un an après la catastrophe de Fukushima. « Fermez Garoña ! » , proclame un slogan.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Résister

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.