Le Narcisse noir

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Ce film de Michael Powell et Emeric Pressburger, réalisé en 1947, est tout aussi improbable que splendide. L’histoire se passe en Inde, près de l’Himalaya, dans un ancien harem où une congrégation de religieuses vient s’installer pour y ouvrir un dispensaire et une école. Cette nouvelle orientation des lieux, à 180 degrés de ce qui précédait, dont les murs, ornés de peintures représentant des femmes lascives, témoignent encore, est emblématique du sujet du Narcisse noir : le désir, son interdit, et pourtant, son omniprésence. Au cœur de cette Inde réinventée, à la fois expressionniste et sensuelle, où chaque plan est un spectacle visuel – dû au talentueux chef opérateur, Jack Cardiff –, la blancheur immaculée des soutanes des religieuses tranche dans un ondoiement de couleurs et cache des dilemmes intimes. La belle Deborah Kerr, qui interprète la supérieure de la congrégation, est elle-même en proie à ces contradictions, entre le refus des sentiments et la vibration de la vie. Où le romantisme s’avère indissociable de l’érotisme.

Le Narcisse noir, Michael Powell et Emeric Pressburger, Carlotta films, 1 blu-ray ou 1 DVD.


Haut de page

Voir aussi

Tirs de la BAC à Stains : la version policière démontée par une reconstitution en 3D

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.