Un peu d'altitude

L’homme est imprévisible, parfois agaçant, mais il n’est jamais médiocre. Michel Rocard – c’est lui ! – a au moins le mérite d’aborder la politique par le haut. Il dit, ces jours-ci, des choses que la gauche socialiste semble avoir oubliées. Notamment celle-ci : « Le capitalisme est entré dans une crise profonde, aucun retour à la normale n’est envisageable, rien ne sera plus comme avant 1. » Dans la foulée, Rocard reproche à ses amis de ne pas engager le combat lorsque la droite assène qu’en « travaillant…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Paul Veyne : « La fascination pour l'Antiquité ne m'a jamais quitté »

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.