Politis

Abonnez-vous à Politis

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Politis Web illimité

8 par mois Offre liberté
  • Accès Web illimité fixe et mobile
  • Politis en PressView (liseuse)
  • L’application mobile sur AppStore et GooglePlay
  • Accès aux archives (32 000 articles)
Choisir cette offre

Tout Politis

Votre hebdo, partout, tout le temps.

11 par mois Offre tout politis
Abonnement Tout Politis
  • Abonnement papier en toute liberté, chaque semaine votre hebdo et deux fois par an, un hors série. En prélèvement automatique à durée libre.
  • Politis web illimité (accès web + archives + liseuse + applis mobiles) offert !
  • Un DVD sélectionné par la rédaction offert !
Je m'abonne

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, anciens numéros, réabonnement…

Dossier : La Révolution : une idée neuve

La Révolution, une idée neuve

Dans un long entretien qui vient de paraître 1, le philosophe Jacques Rancière définit la révolution comme « le moment où tout un ordre du visible, du pensable, du possible se trouve brutalement congédié et remplacé ». Ces dernières décennies, l’idée de révolution semblait désuète, pour ne pas dire impensable, l’ordre du « pensable » et même du « possible » paraissant immuablement se confondre avec celui du capitalisme néolibéral mondialisé. En conséquence, les travaux sur la Révolution française étaient devenus extrêmement rares.

La publication de l’ouvrage d’Éric Hazan retraçant l’histoire de la Grande Révolution de 1789 – qui coïncide avec la sortie de plusieurs autres (voir l’entretien ci-contre) – est un signe parmi d’autres du regain d’intérêt pour la notion de révolution, voire du retour en grâce d’un désir de rupture radicale face à un monde toujours plus inégalitaire. Regain d’intérêt intellectuel, d’abord, pour 1789. Mais aussi, retour en grâce de l’idée même de révolution. Nombre de leaders latino-américains au pouvoir l’appellent de leurs vœux, comme Hugo Chávez et sa révolution « bolivarienne », ou Rafael Correa, en Équateur, qui a mis le terme en exergue de son programme « pour la dignité ». C’est également le cas dans le monde arabe, pour la « dignité » encore, où plusieurs peuples ont, ces derniers mois, accompli leur révolution et chassé leurs dictateurs. Enfin, en Europe, le mot ne semble plus tabou. Depuis 1989 et son apparente disparition, cette vieille idée serait-elle en train de renaître ? Ou de faire peau neuve ?


  1. La Méthode de l’égalité , entretien avec Laurent Jeanpierre et Dork Zabunyan, Jacques Rancière, Bayard, 400 p., 21 euros. 


Haut de page

Voir aussi

Articles récents