Une subversion exigeante

Le rap assume aujourd’hui sa diversité, sans renier sa tradition d’engagement.

De l’extrême gauche au libéralisme le plus cupide, l’échiquier politique du rap est complet, y compris parmi les plus gros vendeurs. Impossible, ainsi, d’occulter le succès tonitruant d’une caricature qui s’assume, Booba, exhibant son obsession du fric et ses deux millions d’albums écoulés, même si, chez la plupart des rappeurs, le rap léger cohabite avec une critique sociale parfois radicale. L’exercice de style est même devenu un passage obligé. Les rappeurs doivent donner du fond à leurs punchlines…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Élections au Brésil : « Dégage, Bolsonaro ! », le cri des peuples de la forêt

Monde accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.