Deux appels sur trois au 115 restent sans réponse

Le dernier baromètre des demandes d’hébergement au 115 confirme une « explosion des besoins ».

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


En décembre, 57 % des appels au 115 sont restés sans réponse. L'augmentation non négligeable du nombre de places d’hébergement d’urgence, qui a permis entre décembre 2011 et décembre 2012 de faire grimper le nombre de personnes hébergées de 41 %, reste donc insuffisant.

Selon la Fédération nationale des associations de réinsertion sociale (Fnars), qui tient un baromètre des appels au 115 sur 37 départements, le numéro d'urgence doit faire face depuis un an à « une explosion des besoins » .

L'association observe une augmentation de 22 % des demandes d’hébergement sur un an, avec 59 476 demandes en décembre 2012. Cette tendance est particulièrement forte pour les familles, qui sont 40 % de plus qu’il y a un an à solliciter un hébergement d’urgence.

Au mois de décembre 2012, les demandes au 115 concernent un total de 16 705 personnes différentes. Soit un tiers de plus qu'il y a un an.

Ces chiffres posent la question de la sortie de l’hiver, alors que Cécile Duflot, la ministre du Logement, annonçait à sa prise de fonction « la fin de la gestion au thermomètre » . Car les locaux mobilisés pour l’accueil hivernal (casernes, gendarmeries, locaux hospitaliers, gymnases, hôtel…) restent inadaptés pour la « stabilisation » des personnes hébergés.

Lire > Hébergement d’urgence : vivement l’hiver !



Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.