Qatar : Luxe, calme et déraison

La construction d’un complexe insulaire artificiel, d’une indécente opulence, a détruit les fonds marins du golfe de Doha.

Sur les rives, mêlant béton, briques et marbre d’Italie, des deux îles artificielles de la Perle, jetées au large de la capitale du Qatar, on ne croise pas grand monde. Quelques ouvriers-esclaves venus d’Inde, du Pakistan et du Népal, et privés de leurs passeports, s’affairent aux finitions des dernières constructions, tandis que des vieilles dames attablées aux terrasses désertes sirotent un café. Le long de la marina, quelques joggers occidentaux soufflent avec application, écouteurs vissés sur les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.