Scolarisation des enfants roms

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


De nombreuses associations, réunies en collectifs, ont adressé lundi une lettre ouverte au Premier ministre, concernant les refus de scolarisation des enfants roms dans de nombreuses municipalités. Rappelant la condamnation de la France par l’Europe, pour son traitement des populations roms, ainsi que le préambule de la Constitution garantissant « un accès égal […] à l’instruction ». Devant la persistance de ces refus, les associations réclament des mesures urgentes. Elles notent également l’apparition d’une nouvelle pratique, « marginale » mais « préoccupante » : des classes exclusivement composées d’enfants roms, souvent dans des locaux séparés.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.