Tunisie : « Il n’y a pas qu’une explication » au meurtre de Chokri Belaïd

L’une des animatrices de la Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives, Bahija Ouezini estime qu’il faut attendre les résultats de l’enquête pour se prononcer. Elle revient sur la situation politique et sociale du pays. L’assassinat de Chokri Belaïd a profondément choqué les Tunisiens. Beaucoup l’imputent à Ennahda. Bahija Ouezini : Pour certains observateurs, et contrairement à la thèse plébiscitée par les médias, Ennahda n’est pas forcément à l’origine de cet assassinat. Il ne faut pas…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.