Politis

Abonnez-vous à Politis

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Politis Web illimité

8 par mois Offre liberté
  • Accès Web illimité fixe et mobile
  • Politis en PressView (liseuse)
  • L’application mobile sur AppStore et GooglePlay
  • Accès aux archives (32 000 articles)
Choisir cette offre

Tout Politis

Votre hebdo, partout, tout le temps.

11 par mois Offre tout politis
Abonnement Tout Politis
  • Abonnement papier en toute liberté, chaque semaine votre hebdo et deux fois par an, un hors série. En prélèvement automatique à durée libre.
  • Politis web illimité (accès web + archives + liseuse + applis mobiles) offert !
  • Un DVD sélectionné par la rédaction offert !
Je m'abonne

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, anciens numéros, réabonnement…

La bataille est lancée contre l’accord sur l’emploi

Des milliers de manifestants ont arpenté les rues aujourd’hui à l’appel des syndicats CGT et FO pour protester contre l’accord sur l’emploi. Reportage à Paris.

Ils étaient plusieurs milliers à battre le pavé parisien ce mardi 5 mars. L’objectif, faire fléchir le gouvernement à la veille de la présentation en Conseil des ministres de l’accord sur la sécurisation de l’emploi. Les syndicats non signataires du texte, la CGT et FO, soutenus par la FSU et Solidaires, ont lancé la fronde contre ce texte. « Injustice sociale, précarisation de l’emploi, victoire du patronat », la réforme du marché du travail est loin de faire l’unanimité.

Au départ de la place du Châtelet, c’est en musique, comme souvent, que le cortège s’est mis en branle à 14 h 30. Regroupés par branches, voire par départements, les syndicats se succèdent. Mais tous ont les mêmes revendications : empêcher l’adoption du projet de loi.

Cet accord, signé le 11 janvier par trois syndicats (CFDT, CFTC ET CFE-CGC) et présenté comme une victoire sociale, a vite fait déchanter. Il est accusé de faciliter les licenciements et la précarisation des salariés avec des « contreparties » jugées bien maigres. La grogne cible aujourd’hui le gouvernement socialiste, qui s’apprête à transcrire dans la loi cet accord dit « de compétitivité ».  

Pierre, syndicaliste CGT dans une société d'expertise sociale s’en souvient bien :

Illustration - La bataille est lancée contre l’accord sur l’emploi

« Nous attendons de voir si nous avons vraiment des députés de gauche à l’Assemblée »

Et en parlant de députés, quelques-uns, côté socialiste, ont fait une apparition remarquée sur la place du Châtelet. Dans ses petits souliers, Jérôme Guedj, député PS de l’Essonne, tente d’expliquer sa présence : « Il n’y a pas de fracture au sein de la majorité », rassure l’élu socialiste, annonçant toutefois que « des dizaines et des dizaines d’amendements seront déposés.  » 
Illustration - La bataille est lancée contre l’accord sur l’emploi

Jérôme Guedj : « Je ne suis pas venu manifester »

Une présence qui déclenche quelque peu la fronde des manifestants : « C’est une mascarade , lance une militante. Pourquoi tous les socialistes ne sont pas venus ? »  

D’autres syndicats ont fait le déplacement pour soutenir les salariés et surtout les droits du travail. Comme Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU :
Illustration - La bataille est lancée contre l’accord sur l’emploi

« Cet accord est un recul par rapport au droit »


Le texte sera présenté mercredi 6 mars au Conseil des ministres, il fera ensuite l’objet d’un débat au Parlement dès le mois d’avril. Une procédure d’urgence sera décrétée par le gouvernement, décidé à aller vite.


Photo : AFP / KENZO TRIBOUILLARD

Haut de page

Voir aussi

Articles récents