ONU : Violences faites aux femmes

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Les 193 États membres de l’ONU ont adopté, le 15 mars à New York, une déclaration qui dénonce les violences faites aux femmes et définit un code pour les combattre. Le texte stipule qu’ « aucune coutume, tradition ou considération religieuse » ne peut justifier les violences et appelle à « éradiquer en priorité les violences domestiques ». L’Iran, le Vatican et la Russie ont fait front contre les passages concernant la contraception, l’avortement et le fait de considérer comme un viol les relations sexuelles imposées. Avec l’Égypte, l’Arabie Saoudite, le Nigeria et le Honduras, ils ont tenté d’introduire un amendement faisant primer les lois des pays sur le texte de l’ONU. « Difficile » mais « historique », l’accord a été signé.


Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.