Fin de la trêve

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Ce lundi 1er avril a été marqué par la fin de la trêve des expulsions locatives. Pour les ménages sous le coup d’une procédure pour loyers impayés, l’angoisse monte d’un cran. Pas moins de 150 000 personnes seraient concernées. Si la mesure d’expulsion a été repoussée de deux semaines, l’association Droit au logement (DAL), qui a manifesté place du Palais-Royal ce même jour, craint que les huissiers ne rattrapent leur retard. Elle demande à Cécile Duflot, ministre du Logement, d’appliquer la loi de réquisition des logements. Ce lundi était aussi celui de la fin du plan hivernal d’hébergement pour les sans-abri, un plan qui avait permis l’ouverture de 16 000 places supplémentaires.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.