Prostitution : Traque en hélico

L’association Cabiria, qui dénonce l’ampleur des moyens mis au service de la « répression ».

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


L’abrogation du racolage passif devrait être prochainement examinée à l’Assemblée, mais à Lyon, il est l’outil d’interventions policières répétées depuis fin mars. Des opérations « massives », selon l’association Cabiria, qui dénonce l’ampleur des moyens mis au service de la « répression », jusqu’à un hélicoptère, survolant le quartier de Gerland dans la nuit du 19 mars. Zone « bouclée », les camionnettes ont été confisquées, les femmes devant accepter un fichage, incluant souvent la prise de leur ADN, pour récupérer leurs véhicules, rapporte l’association. Depuis une dizaine d’années, les prostituées changent de zones, expulsées par de multiples arrêtés municipaux.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.