Les deux morts de Pierre Mauroy

Le personnel politique de cette gauche-là est nourri d’une tout autre culture, et le président socialiste de la Cour des comptes a désormais plus d’influence sur le parti que le Premier secrétaire.

La mort de Pierre Mauroy a donné lieu à un exercice dont certains médias raffolent : le micro-trottoir. Principale cible, les jeunes. « Savez-vous qui était Pierre Mauroy ? » Réponses généralement embarrassées : « Oui, enfin non… Mais ça me dit quelque chose… » La belle affaire ! Quand on a 20 ans en 2013, ne pas connaître le nom du premier Premier ministre de François Mitterrand n’est sûrement pas le comble de l’inculture. Est-on sûr que les jeunes de Mai 68 connaissaient les noms de Joseph Laniel ou de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents