Turquie : La stratégie de la tension

Le vent de fronde qui souffle sur le pays depuis le 31 mai, opposant cultures « libérale » et « conservatrice », se focalise sur la personnalité du Premier ministre.

Àgrand renfort de pelleteuses, de gaz lacrymogènes et de lances à incendie, la police turque a chassé, mardi 11 juin au matin, les manifestants qui occupaient la place Taksim depuis douze jours. Cette intervention violente est survenue au lendemain de ce qui pouvait apparaître comme un geste d’apaisement avec l’annonce d’une rencontre de représentants du mouvement avec le Premier ministre, Recep Tayip Erdogan. Ces signes contradictoires témoignent sans doute de l’embarras du chef du gouvernement devant une…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.