Dossier : Brésil, Turquie, Égypte... La révolte se mondialise

Cândido Grzybowski : « C’est le peuple qui doit décider des priorités politiques ! »

Les Brésiliens manifestent parce que de grandes inégalités perdurent et qu’un système politique obsolète bloque les avancées démocratiques, analyse Cândido Grzybowski.

On croyait le Brésil baignant dans le mieux-être apporté par l’ère Lula. Les rassemblements de protestation qui ont surgi dans tout le pays montrent qu’un malaise profond a été occulté. Le pays, comme d’autres qui connaissent un « printemps » social, est lui aussi brassé par la crise mondiale et aspire à un autre modèle que la domination du libéralisme et de la finance. L’agitation brésilienne peut laisser perplexe, alors que le pays vient de vivre une décennie de progrès social… Cândido Grzybowski : Il…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.