I Felt Like Love

Un film âpre, désenchanté, qui refuse les mensonges sur l’adolescence.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


À 14 ans, comment entre-t-on dans le monde des adultes ? En vivant une grande histoire d’amour. Et en connaissant ses premières relations sexuelles. C’est le thème du premier long-métrage de la cinéaste américaine Eliza Hittman, I Felt Like Love. Lila cherche à se faire remarquer par un garçon, plus âgé qu’elle. Ce qui va se passer entre eux – la faiblesse des sentiments, l’expérience d’une humiliation – évacue le kitsch que ces histoires de premiers émois suscitent trop souvent au cinéma. I Felt Like Love (1 h 22) est un film âpre, désenchanté, qui refuse les mensonges sur l’adolescence. Un film minimaliste, faisant peut-être un peu trop confiance aux vertus du naturalisme, mais prometteur.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.