Kerry sauve la face

Le retour à la table des négociations obtenu par le secrétaire d’État risque une nouvelle fois de constituer un marché de dupes pour les Palestiniens.

Le conflit israélo-palestinien ne s’arrête jamais. Mais il arrive parfois que l’on en parle moins. Et ce silence est toujours à l’avantage du colonisateur israélien. Car, tandis que l’actualité attire les projecteurs sur d’autres zones de conflit dans la région, et en premier lieu, bien sûr, en Égypte et en Syrie, la colonisation se poursuit. Les expulsions, les destructions de maisons et de cultures, les déplacements de populations s’intensifient à une cadence rarement connue auparavant. Mais voilà que…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.