Taxe écolo ou pompe à finances ?

Dès 2014, des contributions destinées à réduire les émissions de CO2 devraient voir le jour. Les écologistes en attendent beaucoup, le patronat y est radicalement opposé.

François Hollande avait promis un verdissement de la fiscalité, à savoir une montée en puissance des prélèvements visant à décourager les comportements émetteurs de CO2, polluants, et consommateurs de ressources naturelles. On n’a rien vu lors du premier exercice budgétaire du gouvernement, Jean-Marc Ayrault évoquant un décollage en 2015. Mais, devant la grogne des écologistes, il a consenti à ce qu’un premier pas soit accompli dès 2014. Le Comité pour la fiscalité écologique (CFE), installé fin décembre…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.