Dossier : L'homme augmenté, c'est déjà demain - Un dossier illustré par Enki Bilal

Une autre forme d’eugénisme

Les transhumanistes sont les alliés du système productiviste affirme le biologiste Jacques Testart.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


L’eugénisme classique (qu’il ne faut pas confondre avec le nazisme) voulait compenser les effets indésirables sur l’homme du progrès, lequel favoriserait la génération et la survie d’individus de « mauvaise qualité », incapables de contribuer à l’effort collectif… pour davantage de progrès. D’où la stérilisation des malades et des « inutiles » ou l’élimination des nouveau-nés « malformés », on ne disait pas encore « non compétitifs ».

Il y a moins d’un siècle, presque tout le monde croyait pouvoir maîtriser la nature pour en tirer des bienfaits sans limites. Pour un observateur objectif, le progrès a fait long feu avec l’épuisement des ressources fossiles, la pollution généralisée, le climat déstabilisé ou la biodiversité bien entamée. C’est là que surgit le transhumanisme : il s’agit de modifier l’homme, d’abord pour compenser les effets indésirables du progrès, car le désastre environnemental hypothèque jusqu’à notre survie. Deux voies sont théoriquement possibles désormais : soit freiner très vite et très fort pour sauver l’essentiel en réglant la boussole sur sobriété/convivialité plutôt que sur consommation/compétitivité ; soit fermer les yeux et prier pour que revienne la croissance, laquelle ne pourrait qu’accélérer l’irréparable. Les transhumanistes viennent à la rescousse de cette seconde hypothèse en affirmant que le progrès technique est la solution. L’idée plaît aux médias pour son optimisme illimité, elle séduit les industriels pour son apologie des innovations les plus audacieuses, elle convient aux politiques pour sa défense du scientisme, car il faut bien donner encore à croire…

Les transhumanistes sont les alliés du système productiviste, auteur des dégâts irréversibles qui nourrissent les programmes mortifères : puisque nous avons rendu le monde invivable pour notre espèce (les autres, on s’en fout !), il faut adapter l’homme à cet univers hostile. On fera donc des bébés transgéniques vite équipés de toutes les prothèses pour survivre et triompher du monde adverse. Foin du principe de précaution, des tabous humanistes, de la bioéthique, du culte écologique ! En avant pour dépasser les capacités de l’espèce par tous les moyens, et ceux qui résisteront seront les handicapés de l’avenir, ils resteront au bord du chemin (si on ne les pousse pas dans le ravin comme à Sparte).

Il y a bien de l’infantilisme dans ce projet de faire du corps un Meccano performant et de l’esprit un terminal des réseaux informatiques. Mais comment faire autrement que creuser triomphalement l’impasse si on refuse de s’en retirer ? L’utopie transhumaniste est cohérente avec des intérêts puissants comme avec la paresse intellectuelle pour penser un autre monde. L’alternative intelligente est bien sûr dans l’utopie de la décroissance. Mais la réalité proche serait plutôt dans le traitement informatique instantané de données personnelles innombrables afin d’adapter en continu chaque personne à son génome et à son environnement pour assumer glorieusement le destin qui lui sera attribué. L’administration des existences, moins spectaculaire que le « dépassement » de l’espèce par le transhumanisme, semble être notre avenir immédiat.


Jacques Testart est biologiste, président d’honneur de la Fondation Sciences citoyennes.

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.