Un réacteur nucléaire de Dampierre-en-Burly sur la sellette...

Depuis le 17 août, le réacteur n° 3 de la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly (Loiret) est à l’arrêt. Non pas pour rechargement de combustible mais pour un contrôle approfondi exigé par l’Autorité de sureté nucléaire (ASN). Cet organisme, nourrissant de nombreux doutes, veut vérifier la fiabilité du réacteur en cas de prolongation de vie. Laquelle est demandée par EDF pour dix années, un peu plus de trente ans après sa mise en service. L’arrêt devrait théoriquement durer entre trois ou quatre mois et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.