Dossier : Les Verts et le gouvernement : La valse hésitation

Avec ou sans euro ?

La division à gauche est illustrée par les positions différenciées de Pierre Khalfa, coprésident de la Fondation Copernic, et de l’économiste Jacques Sapir sur la proposition de sortie de l’euro.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Le débat sur la sortie de l’euro est-il toujours d’actualité ? La question se posait en juin 2012 avec le risque d’un retour de la Grèce à sa monnaie nationale, elle se pose toujours. Ainsi, un mémoire de la Bundesbank, adressé à la Cour constitutionnelle allemande et publié en avril par un média d’outre-Rhin, conteste la politique monétaire menée par la Banque centrale européenne (BCE). Il révèle une Allemagne se plaignant du « fardeau » de la zone euro, prête à l’éclatement.

Surtout, les effets négatifs de l’euro et des politiques d’austérité suscitent la multiplication de tribunes, de débats et de livres autour de la possibilité d’en sortir. Cette foison d’études et d’interventions met en évidence des traités européens qui excluent les politiques économiques du débat démocratique, alors que les divergences de vues sont profondes au sein de la droite comme de la gauche.

La division à gauche est illustrée par les positions différenciées de Pierre Khalfa, coprésident de la Fondation Copernic, et de l’économiste Jacques Sapir sur la proposition de sortie de l’euro. La réponse souverainiste des partisans d’une telle sortie programme une rupture avec l’Europe. Celle d’une alternative européenne conservant une monnaie unique est construite sur des luttes au niveau européen contre les politiques néolibérales. Dans les deux cas, une crise majeure est cependant annoncée, tant la domination de la finance pèse sur les politiques économiques.

Sur le terrain, les monnaies complémentaires se répandent en France et dans d’autres pays d’Europe. Même si ces systèmes d’échange soutenables ne constituent pas une réponse satisfaisante, leur essor montre à quel point cet euro mal en point est de plus en plus contesté.

Illustration - Avec ou sans euro ?


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.