FN, la guerre des mots ne suffit pas

On ne vote plus pour le Front national parce qu’on est fasciste, mais parce qu’on se sent piégé, englué, dans un système qui tétanise notre démocratie.

C’est un sondage qui, la semaine dernière, a propulsé le Front national un peu plus encore à l’avant de notre scène médiatique. Ces 24 % promis au parti de Marine Le Pen pour les élections européennes de juin prochain, loin devant l’UMP et le PS, ont agi comme un électrochoc 1. Ajoutez-y la cantonale de Brignoles et le lancinant refrain des experts nous répétant que le FN s’est banalisé, assagi, voire humanisé, et vous aurez cette étrange atmosphère où se mêlent peur et fascination. Poussant son avantage,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.