Lyon-Turin : Le gouvernement persiste

Un projet pharaonique évalué à 26,1 milliards.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


L’Assemblée nationale devrait ratifier le 31 octobre le traité franco-italien engageant la France dans la construction de la ligne ferroviaire à grande vitesse entre Lyon et Turin. Un projet pharaonique qualifié d’inutile par ses opposants. En juillet, la commission Mobilité 21 n’avait pas considéré comme prioritaire l’accès français du projet de liaison ferroviaire, dont le coût est estimé par la Cour des compte à plus de 11 milliards d’euros. Les opposants rappellent que le coût global du projet, évalué à 26,1 milliards par la direction du Trésor, est absent du projet de loi de ratification.


Haut de page

Voir aussi

Macron, l’Europe et Poutine

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.