Nucléaire iranien : Netanyahou isolé

L’instrumentalisation de la peur de l’Iran est un élément central de la politique intérieure du gouvernement israélien

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Benjamin Netanyahou ne décolère pas. Il redoute une levée même partielle des sanctions occidentales contre l’Iran à la suite de la conférence de Genève qui se tenait les 15 et 16 octobre. Partisan de bombardements sur les sites nucléaires iraniens, le Premier ministre israélien n’a pas apprécié l’offensive diplomatique du nouveau président iranien Hassan Rohani, et moins encore l’attitude conciliante de Barack Obama, et l’annonce par un groupe de sénateurs américains d’une possible suspension de certaines sanctions programmées. L’instrumentalisation de la peur de l’Iran et la perspective d’une nouvelle guerre est un élément central de la politique intérieure du gouvernement israélien d’extrême droite.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.