Politique culturelle : Cinéma en péril à Aigues-Mortes

Le maire socialiste a décidé de tirer un trait sur le cinéma Marcel-Pagnol.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Quelques mois avant les municipales, quelle mouche a piqué le maire socialiste d’Aigues-Mortes (Gard), Cédric Bonato ? Celui-ci a décidé de tirer un trait sur le cinéma Marcel-Pagnol, salle municipale qui proposait une programmation diversifiée et dont, par ailleurs, les finances étaient équilibrées. Le projet du maire dispute le record de la vacuité : il souhaite confier la salle pour quinze ans à une société privée, Culturespaces, spécialisée dans l’« événementiel », qui y diffusera chaque jour, de 9 h à 19 h, un film à destination des touristes sur les croisades, Aigues-Mortes en ayant été un lieu stratégique (sic) ! Soutenus par plus de 2 200 habitants (sur 8 400), signataires d’une pétition, des membres de l’association qui anime le cinéma, « Grand écran pour tous », et du collectif « Gardarem lou Pagnol » occupaient le cinéma depuis le 5 septembre. Mais le tribunal administratif de Nîmes en a ordonné, en fin de semaine dernière, l’évacuation. Ses défenseurs attendent maintenant le jugement sur le fond.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.