Un tragique remords (À flux détendu)

Le Chemin des morts , de François Sureau, un texte d’une force incroyable.

Les a priori sont faits pour être déboulonnés. Je n’avais jamais lu François Sureau, pensant qu’il s’agissait là d’une littérature trop bien plissée. L’un de ses romans a remporté le Grand Prix du roman de l’Académie française, un autre le Prix des écrivains croyants : je tenais cela pour des signes. Et le Chemin des morts paraît (Gallimard, 55 p, 7,50 euros). Il ne s’agit pas d’un roman mais d’un récit et l’ouvrage est un mince volume. Mais ce texte est d’une force incroyable. L’auteur-narrateur retourne…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.