Allemagne : Au bord de la crise de nerfs

Plus de deux mois après les législatives, l’Allemagne n’a toujours pas de majorité.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Plus de deux mois après les législatives, l’Allemagne n’a toujours pas de majorité parlementaire. La négociation en vue de former une « grande coalition » CDU-SPD s’éternise. Les sociaux-démocrates posent comme condition la création d’un Smic horaire à 8,50 euros. À contrecœur, Angela Merkel en a admis le principe, mais n’en a pas encore fixé le niveau. La balle est dans le camp du SPD dont les 470 000 militants doivent se prononcer entre les 6 et 12 décembre. Beaucoup redoutent que leur parti ne sorte une nouvelle fois affaibli d’une alliance avec la droite, comme lors des deux précédentes expériences.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.