« Mingus », de Thomas Reichman : L’air du temps ? Freedom !

Dans Mingus (1966), Thomas Reichman dresse un portrait fulgurant du jazzman engagé pour les droits civiques des Noirs.

Sur un trottoir à Manhattan, avec d’autres objets d’intérieur jetés là – un matelas, un canapé… –, une contrebasse attend d’être emportée par les services de déblaiement. Cette contrebasse est celle de Charlie Mingus. Elle est filmée par Thomas Reichman, un étudiant en cinéma, en 1966, alors que le musicien vient d’être expulsé de son studio et emmené entre deux flics dans une voiture. Le jazzman entretenait des relations amicales avec l’étudiant, qui est venu filmer celui-ci la veille de son expulsion,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.