Disparition : Mort d’André Schiffrin

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Il aimait passionnément la France, mais il n’y a vécu qu’à la fin de sa vie. Né en 1935 à Paris, fils du fondateur de la prestigieuse Pléiade licencié de chez Gallimard en 1940 avec l’arrivée des nazis, André Schiffrin suit ses parents dans l’exil aux États-Unis. Engagé toute sa vie, devenu éditeur à la suite de son père chez Pantheon Books, il en démissionne avec fracas en 1990 lorsque la maison mère lui demande de ne publier que des best-sellers. Il fonde alors The New Press, maison à but non lucratif. Il a publié Hobsbawm, Foucault, Bourdieu, Chomski, Terkel, Sartre, Duras, Echenoz. En 1999, il fait paraître en France l’Édition sans éditeur (La Fabrique), qui dénonce l’emprise des grands groupes sur le monde de l’édition, donc sur celui des idées. Nous l’avions rencontré à plusieurs reprises, notamment en 2007 lors de la publication de son autobiographie, Allers-retours. Paris-New York (Liana Lévy). Un homme d’une gentillesse exquise, toujours avide du débat et des rencontres. Il est mort à Paris le 1er décembre.


Haut de page

Voir aussi

Paul Veyne : « La fascination pour l'Antiquité ne m'a jamais quitté »

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.