Italie : Un Berlusconi de gauche ?

C’est ainsi qu’a été dépeint le très médiatique maire de Florence par le propriétaire du journal la Repubblica.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


C’est ainsi qu’a été dépeint Matteo Renzi, le très médiatique maire de Florence, par Carlo De Benedetti, propriétaire du journal la Repubblica. Lors de primaires nationales, le 8 décembre, les électeurs du pâle Parti démocrate ont donc élu l’édile toscan au poste de secrétaire national, livrant ainsi l’appareil à la ligne la plus droitière. À 39 ans, jadis démocrate-chrétien, Matteo Renzi n’aime pas les syndicats, qu’il souhaite voir « maigrir » et souhaite une « réforme » du code du travail allant vers plus de flexibilité. Le tout dans un style faussement décontracté cachant en fait un vrai autoritarisme, comme il l’a déjà montré à la mairie de Florence.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.