L’humour involontaire d’Obama

« Les Palestiniens, a-t-il dit, ne pourront obtenir tout le premier jour. »

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Échaudés tant de fois, les Palestiniens ne veulent plus d’accords « intérimaires » comme celui que propose le secrétaire d’État américain John Kerry. Selon cette proposition, Israël pourrait continuer d’occuper la vallée du Jourdain après un accord de paix. On sait que, dans ce conflit, le provisoire est fait pour durer et permettre aux colons de s’installer, empiétant toujours plus sur les terres palestiniennes. C’est la stratégie israélienne. Il en va ainsi depuis les accords d’Oslo, signés il y a vingt ans. Le refus de l’Autorité palestinienne a inspiré à Barack Obama un trait d’humour involontaire : « Les Palestiniens, a-t-il dit, ne pourront obtenir tout le premier jour. » C’est le moins que l’on puisse dire ! La question est de savoir quel est le « premier jour ».


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.