Et maintenant, la « marque France »

On a envie de dire comme Galilée après son pieux mensonge devant le Saint-Office : « Et pourtant, il n’y aura pas de contrepartie ! »

Après les hugs avec les patrons français exilés dans la Silicon Valley, le dîner aux côtés des géants américains du Net, c’était donc lundi la « journée de l’attractivité », en compagnie d’une trentaine de dirigeants de multinationales conviés à l’Élysée. Il s’agissait, comme l’a dit efficacement Jean-Marc Ayrault, de promouvoir « la marque France ». À elle seule, l’expression donne la mesure du basculement culturel – culturel plus encore que politique – dans lequel François Hollande engage notre pays.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.