Fantômes et sens caché

Dans Théorie de la vilaine petite fille , Hubert Haddad défend le rêve contre la réalité.

L’affaire ressemble à un fait divers. 1848. À Hydesville, un hameau de fermiers puritains de la Nouvelle-Angleterre, on se met tout à coup à palpiter lorsque deux fillettes disent être témoins de manifestations occultes, et à communiquer avec un mort, Mister Splitfoot. Les jeunes filles s’amusent à s’effrayer, flirtent avec l’hallucination et se complaisent dans l’ambiguïté naissante de leur folie volontaire. Peu à peu, la rêverie intime devient un événement local. On s’approche, on demande à voir, à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.