L'appel des femmes victimes du blocus de Gaza

Nous publions ici l’appel au secours lancé par des femmes de Gaza victimes du blocus israélien.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


AU SECOURS !

Nous, femmes palestiniennes de Gaza, qui sommes l’une des composantes essentielles de la société palestinienne en général, sommes maintenues dans l’isolement par la politique d’apartheid israélienne, et souffrons depuis sept ans du blocus et de l’occupation de la bande de Gaza.

Nous vous lançons cet appel pour que vous nous aidiez à faire cesser ce blocus injuste et inhumain. Un blocus qui nous affecte dans tous les aspects de notre vie, en tant que femmes, mères, de même que dans notre activité professionnelle.

Nous faisons partie de ces 1,8 million de Palestiniens emprisonnés sur une superficie de 365 km2, qu’on essaie quotidiennement et systématiquement de déshumaniser.

Ce blocus est une violation :

•De notre droit à la vie, car nous continuons à être les cibles des fréquentes attaques et agressions israéliennes, sans avoir la moindre possibilité de nous protéger et de protéger nos familles contre les bombes larguées par Israël du haut de ses avions.

•De notre droit à la liberté de mouvement puisqu’on nous interdit de rendre visite à nos parents dans les autres parties de la Palestine, comme de voyager à l’extérieur de la plus grande prison du monde.

•De notre droit à bénéficier d’une éducation correcte et de nous rendre dans l’ensemble des universités palestiniennes.

•De notre droit à la sécurité économique, puisqu’on nous appauvrit et on nous empêche d’assurer une vie digne à nos familles.

•Notre droit au travail puisque le blocus nous prive de toutes les opportunités, en interne comme à l’exportation, et fait grimper le taux de chômage.

Notre vie est devenue un calvaire. Nous sommes désormais privées d’éléments aussi vitaux que l’électricité, l’essence, l’eau potable. Pouvez-vous imaginer cela ?

C’est pourquoi nous vous demandons de ne pas nous abandonner, de prendre la mesure de la violation de nos droits humains les plus fondamentaux et de nous montrer votre solidarité.

Femmes du monde entier, nous vous invitons à venir nous rencontrer le 8 mars prochain, à l’occasion de la Journée internationale des femmes, afin de constater par vous-mêmes la triste situation dans laquelle nous a plongées ce blocus imposé par Israël.

Lire > Israël : la peur du boycott



Photo : ASHRAF AMRA / ANADOLU AGENCY

Haut de page

Voir aussi

Boiron : les salariés s’estiment victimes des mauvais choix de l’entreprise

Éco/Social accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents