« l’Expérience Blocher » : l'horreur tranquille

Dans l’Expérience Blocher , Jean-Stéphane Bron dessine en creux le portrait du démagogue suisse.

Réaliser le portrait d’un « ennemi » au cinéma n’est pas une mince affaire. Après Cleveland contre Wall Street, qui mettait en scène un procès autour de l’affaire des subprimes, Jean-Stéphane Bron a voulu, dit-il, faire un film sur les « conséquences de cette crise, avec en tête une question : à qui va profiter ce crime dont les coupables resteront impunis ? ». En Suisse (le cinéaste est citoyen de ce pays) comme ailleurs : aux populistes, et plus particulièrement à l’extrême droite. D’où ce nouveau film…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.