Urgence pour les bidonvilles

Le décès d’une fillette Rom renvoie l’État à ses responsabilités.

Pas de victime, cette fois, mais un triste rappel : un camp de Roms a été incendié le 16 février à Marseille. Soit le jour même de la marche organisée en mémoire de Mélisa, la fillette de 8 ans retrouvée morte le 12 février à la suite de l’incendie du bidonville où elle vivait à Bobigny (Seine-Saint-Denis). Ils ont été près de 500 à se rassembler pour marquer leur indignation, avec, en tête de cortège, Véronique Decker, la directrice de l’école où l’enfant d’origine bulgare était scolarisée. L’objectif…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.