Délinquance : Les stat’ étaient pipées…

C’est Nicolas Sarkozy qui a mis en place ce système de trucage.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Un mensonge organisé pour minimiser la délinquance à Paris. C’est Nicolas Sarkozy, promoteur de la « politique du chiffre », qui a mis en place ce système de trucage des statistiques de la délinquance entre 2002 et 2012, ont révélé lundi l’AFP et l’Inspection générale de l’administration (IGA). Délits non-enregistrés, minimisation des dégâts, reports de plaintes, indexation de délits en contraventions… « Ces pratiques ont été, à partir de 2008, organisées, systématisées » sous la houlette de l’ancien préfet Michel Gaudin, indique l’IGA. En 2011, 16 000 faits de délinquance sont passés à la trappe, 13 000 en 2012. Et en 2013 ? L’arrivée de Manuel Valls à l’Intérieur n’a pas totalement éradiqué le système, qui a perduré par endroits pendant un an…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.