Grenoble : pas de fusion PS-écolos, le candidat socialiste désavoué par son parti

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


À Grenoble, la liste EELV-PG-Réseau citoyen conduite par Éric Piolle n'a pas trouvé d'accord avec l'équipe sortante socialiste. Quelques heures après l'annonce officielle de sa décision, le candidat Jérôme Safar, isolé dans son propre camps, s'est vu retirer l'investiture socialiste.

Arrivée en tête par surprise avec 29,4 % des suffrages, la liste de rassemblement de la gauche du PS invitait le premier adjoint sortant - qui succède au socialiste Michel Destot - à fusionner.

Lire > Éric Piolle, l'écolo qui peut devenir maire de Grenoble

Mais les candidats socialistes se sont massivement prononcés contre un ralliement, dès lundi soir. Les discussions étaient encore âpres mardi matin et ont finalement abouties sur un refus des socialistes. Les grenoblois auront droit à une «quadrangulaire» explosive.

Les électeurs centristes en arbitres

Avec les voix de Philippe de Longevialle, candidat centriste et ancien adjoint de la majorité socialiste crédité de 4,5 %, et en espérant un report des voix de droite, la liste PS-PCF peut espérer l'emporter face à ses opposants de gauche qui ne disposent d'aucune réserve de voix. Un délicat coup de poker, qui fait fi des accords conclus ailleurs en France entre EELV et le PS.

D'autant que la droite a aussi son mot à dire. Avec 20,8 % des voix au premier tour, Matthieu Chamussy colle à la roue des deux listes de gauche. Le Front national (12,5 %) ferme la marche.

  • 16 h 30 : « Dans un contexte politique national difficile, il se passe quelque chose d’extraordinaire à Grenoble qui soulève un grand espoir » , a déclaré la liste d’Eric Piolle dans un communiqué. « La déception d’un homme seul, Jérôme Safar, ne doit pas remettre en cause l’intérêt collectif. »
  • 16 h 35 : Interrogée sur BFMTV, Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d'EELV, a demandé que le Parti socialiste retire son investiture à Jérôme Safar, « comme il nous le demande quand des candidats à nous dans des villes bien différentes n'ont pas voulu fusionner.»

Grenoble «est la seule ville où nous sommes en tête, je suis désolée que la fusion ne se fasse pas localement» , a-t-elle déploré, assurant que les états-majors nationaux PS et EELV étaient favorables à une fusion des listes.

  • 17 h 30 : Dans un communiqué, Jérôme Safar explique les raisons de son maintient au second tour, listant point par point les désaccords avec ses anciens opposants de gauche au conseil municipal : développement de la vidéosurveillance, tarifs des transports en commun, soutien à la recherche sur les nanotechnologies, relation avec «le secteur sportif et culturel» avec la construction d'un stade et la rénovation de la maison de la culture, mise en oeuvre des nouveaux rythmes scolaires et mise en place de la métropole.

  • Ajout à 18 h : Arrivés troisièmes au premier tour en 2008, les Verts s’étaient maintenus en triangulaire contre le PS et l’UMP, après un mandat passé dans la majorité conduite par Michel Destot.

Derrière Maryvone Boileau, aujourd’hui 28e sur la liste d’Éric Piolle, ils avaient obtenu 22 % au second tour et 6 élus dans l’opposition. 5 d’entre eux sont aujourd’hui candidats dans la liste de rassemblement d’Éric Piolle, par ailleurs composée de militants du Parti de Gauche et, pour moitié, de personnalités de la société civile.

  • 18 h 30 : David Assouline, porte parole du PS, a annoncé mardi soir sur RTL que Jérôme Safar, «n'aura pas l'investiture du PS». «Nous avons tout fait, tout dit pour que la liste socialiste se désiste à Grenoble , a regretté David Assouline. Mais localement, ils en ont décidé autrement.»

-Invité sur le plateau de France 3 Alpes, Jérôme Safar a rappelé les «éléments de divisions» :

Pour le maire sortant de Grenoble, Michel Destot, interviewé par France 3 Alpes, «il n'y a pas à Grenoble de danger de droite ou d'extrême droite» :

Illustration - Grenoble : pas de fusion PS-écolos, le candidat socialiste désavoué par son parti - JEAN-PIERRE CLATOT / AFP


Photo : JEAN-PIERRE CLATOT / JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

Haut de page

Voir aussi

Boiron : les salariés s’estiment victimes des mauvais choix de l’entreprise

Éco/Social accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents