Surtout, ne changez rien !

Si on veut que la gauche ne disparaisse pas pour longtemps du paysage, il faut d’urgence un autre rassemblement, sur d’autres bases.

Ce n’est plus le Parti socialiste, c’est une tragédie grecque. Comme dans le théâtre antique, nos socialistes semblent entraînés dans une logique qui les dépasse et les détruit. Plus ils s’effondrent dans les sondages, et plus ils persistent. Plus ils sont désavoués par leurs électeurs, et plus ils s’obstinent. Ils ont été plusieurs, dimanche soir, à réaffirmer qu’il n’était « évidemment » pas question de changer de cap. Tout va bien, puisque tout va mal. Au mieux, il est question de remaniement, mais pour…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Louis Mieczkowski, l'insaisissable

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.