Algérie : Les vrais problèmes absents de la présidentielle

Le camp d’Abdelaziz Bouteflika, grand favori de l’élection de ce 17 avril, a évité la question du chômage et de la dépendance pétrolière.

Rares sont ceux qui se hasarderaient à pronostiquer une défaite du président sortant Abdelaziz Bouteflika, qui, malade et quasiment absent de la campagne, devrait tout de même rempiler pour un quatrième mandat à l’issue du scrutin de jeudi. Les partisans de « Boutef » ont mené campagne sur les thèmes de l’ordre et de la stabilité, brandissant l’épouvantail des révolutions arabes et diabolisant jusqu’au ridicule son principal rival, Ali Benflis. Un adversaire parfois qualifié de « terroriste », alors que…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.