Européennes : le Front de gauche peut enfin se lancer en campagne

Après bien des négociations le PCF, le PG et Ensemble! ont trouvé un accord sur la répartition des têtes de liste qui reconduit les quatre eurodéputés sortants.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Ils y sont finalement parvenu. Après de longs jours de blocage, le PCF et le Parti de gauche (PG) ont signé un accord, hier soir, pour constituer les listes du Front de gauche en vue des européennes. « Enfin, la campagne va pouvoir commencer », s’est félicité Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. A six semaines du vote (qui aura lieu, en France, le 25 mai), ce n’est effectivement pas trop tôt, le Front de gauche étant le dernier parti à déposer ses listes et se préparant donc à une campagne éclair.

Le PCF s’arroge trois têtes de liste, toutes sont des eurodéputés sortant : Patrick Le Hyaric, directeur de L’Humanité , fera campagne pour l’Ile-de-France, l’ancien maire de Calais, Jacky Hénin, sera tête de liste dans le Nord, et Marie-Christine Vergiat dans le Sud-Est. Cette dernière, qui n’est pas encartée au PCF même si elle en est proche, est une candidate « d’ouverture ».
Côté Parti de gauche , Jean-Luc Mélenchon sera candidat à sa réélection dans le Sud-Ouest, Gabriel Amard, qui a quitté la présidence de la Communauté d’agglomération des Lacs de l’Essonne, concourra pour la première fois dans l’Est, et Corinne Morel-Darleux, secrétaire nationale à l’écosocialisme, sera tête de liste dans le Centre. Les autres figures du PG également en lice sont Eric Coquerel, 2e sur la liste de Vergiat dans le Sud-Est, et l’avocate Raquel Garrido, 2e en Ile-de-France.
Pour les autres composantes du Front de gauche : Myriam Martin, d’ Ensemble! , est tête de liste dans l’Ouest, une circonscription largement gagnable, et une représentante de Gauche Unitaire sera en deuxième position sur la liste dans le Nord.

La répartition des listes met, enfin, tout le monde d’accord. Seul regret du PCF : « Jusqu’au bout, nous avons insisté pour que le Parti de gauche ne désigne pas uniquement ses dirigeants comme tête de liste et qu’il choisisse, dans une circonscription, de faire un geste politique. Mais il a refusé, et nous le regrettons beaucoup » , a déploré Olivier Dartigolles. « On n’était pas dans une situation de force suffisante pour proposer à un membre d'un autre parti [Verts ou PS, NDLR] une tête de liste, et ce qui compte, c’est que le PCF et nous, nous nous soyons serrés pour faire de la place à Ensemble! qui est la dernière composante arrivée au Front de gauche » , répond François Delapierre, numéro 2 du PG. Qui assure que désormais, la campagne peut démarrer, dans l’unité retrouvée.

Illustration - Européennes : le Front de gauche peut enfin se lancer en campagne - Meeting de lancement de la campagne européenne du Front de gauche, le 8 mars 2009.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.